BREL : « Le désespoir n’est pas triste »

 

Décembre 1968. Brel triomphe dans L’Homme de la Mancha, crée quelques mois plus tôt à la Monnaie, à Bruxelles. L’artiste est heureux, enfin libre. Les tournées épuisantes appartiennent au passé. Il a donné son ultime récital, non à l’Olympia en octobre 1966 (comme on le croit souvent), mais à Roubaix le 16 mai 1967. Brel fourmille de projets. ll vient de faire l’acteur pour André Cayatte (Les Risques du métier) et l’année suivante sortira Mon oncle Benjamin de Édouard Molinaro. Dans cet entretien tripartite (Françoise Mallet Joris, Brel et Henri Guillemin), il est question de foi, de Dieu et du progrès. Brel, souriant, précis, n’adhère pas à l’atmosphère « béni oui oui » du plateau : « Sainte Thérèse ? Oui….Mais Jaures, ça n’est pas mal non plus ! »

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.