JEAN RENOIR OU LA TENTATION DE LA CERAMIQUE

1968. Jean Renoir est à Cannes. Il  se confie volontiers aux journalistes qui se pressent. Bien que vivant aux Etats-Unis, il est ici chez lui : la Nouvelle Vague, et Truffaut en particulier,  l’a épargné du grand lynchage artistique, la grande épuration. Duvivier, Carné, Autant-Lara, Yves Allégret et Lelouch n’ont pas eu cette chance.

En écoutant Jean Renoir, on ne peut être qu’impressionné par ce bon sens paysan qui le caractérise.  Ni charlatanisme, ni  blabla-poudre-aux-yeux. Son verbe est clair. Il fait merveille. Renoir affirme, délicieux mensonge, qu’il ne voulait pas être un artiste. Raté.

Une pensée sur “JEAN RENOIR OU LA TENTATION DE LA CERAMIQUE”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.