PIERRE AUGUSTE RENOIR

Images saisissantes de Renoir. Le peintre a alors 77 ans. Ses mains sont déformées par une polyarthrite rhumatoïde et sont bandées. Jean Renoir, son cinéaste de fils,  écrit : « « En 1912 la paralysie s’accentue.  Rayonnant malgré la douleur, et d’une effrayante maigreur, il voit en même temps son génie s’enhardir et son corps se pétrifier.  Ses mains recroquevillées ne peuvent plus rien saisir ; elles agrippent le pinceau plus qu’elles ne le tiennent. Sa peau est devenue tellement tendre que le contact du bois le blesse. Alors on lui met dans le creux de la main et entre les phalanges, un morceau de toile fine qui donne l’étrange impression qu’on lui a lié le pinceau à la main ».

Jean Renoir faisait venir presque chaque jour un nouveau médecin : « Ce dernier examinait Renoir, hochait la tête et déclarait que la science ignorait tout de cette forme de Rhumatismes « .

Sacha Guitry, génial, sait l’extraordinaire valeur de cet artiste. Il veut conserver une trace du grand monsieur. Il propose donc au peintre une séance de prise de vue. Renoir accepte. Voici ce document exceptionnel. Aux cotés du peintre, il ne s’agit pas de Jean Renoir, comme l’évoque Guitry, mais de son autre fils, Claude. Les jours de découragement, de spleen, il faut se souvenir de ces images-là. Renoir, qui souffrait le martyre, a peint jusqu’à la fin sans jamais se plaindre. A méditer.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.