MADAME SARAH BERNHARDT

Sacha Guitry évoque la mémoire de celle qu’il appelait avec son père « Ma Dame », en deux mots.  Sarah était proche du père de Sacha, Lucien Guitry, lui aussi monstre sacrée de la scène.

Les documents sur la grande comédienne ne manquent pas. « La voix d’or », « la divine », « l’impératrice du théâtre  » était une légende vivante et le tout jeune cinématographe a  fixé à de nombreuses  reprises son image sur pellicule. Hélas, mille fois hélas, ne manque à chaque fois que le son ! Mais le génie de Guitry nous la restitue en lui prêtant sa célèbre voix. Tout cela est léger, pétillant d’esprit. Un vrai champagne intellectuel.

Sarah Bernhardt aura parcouru le monde avec Lorenzaccio et rien ni aucun problème de santé n’aura pu arrêter son plaisir d’être sur la scène. Amputée d’une jambe, elle continuera de jouer en restant assise. Et c’est le public qui se lèvera pour lui faire, à chaque fois, une ovation ! Elle avait une formule formidable, qui semble avoir guidée sa vie : « « C’est en se dépensant soi-même que l’on devient riche ». Imparable.

 

 

Laisser un commentaire