ET ROMY SOURIT…

Ambiance complice un jour du mois de mai 1969, entre Romy Schneider et le journaliste de la  chaîne nationale belge. L’actrice vient de tourner dans « La Piscine », désormais un classique du cinéma. Mais, rebondissement ! L’interview, plutôt que d’évoquer ce dernier film et d’assurer le « service après vente »,  glisse aimablement sur Orson Welles et  l’importance de la préparation d’un rôle dans le métier d’acteur. Tout cela est spontané, simple, et d’une fraîcheur rare. Romy irradie.

Ah ! Comme nous sommes loin de certaines actrices « filles de », faussement humbles, satisfaites d’être elles-mêmes, hautaines jusque dans leurs soupirs et d’une niaiserie assumée. (Bon, ok, , je me lâche mais ce faisant,  j’ai l’impression de me rembourser … Marre des impostures…)

Romy nous manque, elle nous manque vraiment.

 

Laisser un commentaire