LETTRE AUX LUCIOLES

Chères Lucioles,

l’une de vous vient de se poser sur mon coeur. Sa lumière me fait du bien. Grâce à elle,  je vois la nuit en couleur. Et c’est délicieux.

Une luciole à Paris, quelle aventure !

Je me dis que si plus tard  sa famille devait taper l’incrust’ chez moi, nous ringardiserions EDF avec toutes ces lumières réunies.  Sans parler des économies. Et puis, attention,  la belle image, aussi !  Lire un poème éclairé par des lucioles, qui dit mieux ?

Reste une question.

Comment cette luciole a-t-elle pu atterrir chez moi ? Vraiment, la demoiselle est inattendue.  Un don du désert. Je la garde et la regarde. C’est délicat, une luciole. Si vous parlez trop fort ou si vous avez un geste déplacé, un comportement brusque, fpruiiiit ! elle s’envole comme un songe. Peut-être un jour me parlera-t-elle. Elle m’expliquera son mode d’emploi. Peut-être.

Une luciole,  ce n’est pas une bête à bon Dieu, (la place est déjà prise) mais c’est peut être un pou échappé de la chevelure de Dieu. Qui sait ? Ah, tiens, au fait, ça mange quoi une luciole ? Un cheeseburger ? Un gramme de ténèbre ? Ça boit quoi ? Une goutte de voie lactée ?

Ne sais pas.

Chères lucioles, quand j’étais enfant,  vos ballets lumineux entre copines me terrifiaient. On aurait dît des âmes indécises.  Aujourd’hui, depuis que l’une de vous s’est posée sur mon cœur, je vois plus clair. Non, vous n’êtes pas des insectes. Je sais ce que vous êtes. Vous êtes des postillons de lumière quand la vie éternue.

Une pensée sur “LETTRE AUX LUCIOLES”

  1. Comme elle est douce à lire ce matin cette lettre et comme elle me replonge dans mes souvenirs d’enfants…
    Comme il est bon de vous lire à la lueur d’une bougie à la flamme vacillante.
    Profitez bien de votre luciole qui m’a foi est sacrément en avance sur son calendrier intérieur (les larves sortent généralement de leur hibernation en mai et se métamorphosent en mâles ou femelles une dizaine de jours plus tard).
    Et puis Paris quand même c’est un peu loin de ses habitats de prédilection (bois, près, cours d’eau)….
    De mes souvenirs, seule la larve (une sacrée goule d’ailleurs) se nourrit d’escargots, d’insectes, de limaces…
    Si votre luciole rencontre un amoureux, les fruits de leur amour lui seront fatal. Alors très égoïstement et dans l’espoir de recevoir de temps en temps de ses nouvelles par votre intermédiaire, je lui souhaite de tout coeur de rester demoiselle. ☺
    Florence

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.