CHEZ AMÉLIE NOTHOMB

« Mon écriture est tellement dépendante de mon inconscient » dit-elle.

Le reportage, qui date de 1994,  tente de percer le mystère de la création et Amélie Nothomb se prête volontiers au jeu. Avec son regard d’oiseau pris au piège et sa voix d’adolescente, la romancière se révèle sans complaisance  sur son travail, dont elle sait la valeur.

Elle affirme : « Il faut avoir de l’orgueil car c’est la meilleure façon d’être humble »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.