LE PROFESSEUR CHORON

Georges Bernier, alias Professeur Choron,  était  épouvantable,  atroce,  cruel, dégoûtant, déplaisant, désagréable, désolant, détestable, extrême, exécrable, effrayant, excessif, féroce, infect… mais unique !

Si l’anarchie est la négation de toute autorité, alors Georges Bernier était un super anarchiste. Il était  né en 1929, fils d’une garde-barrière d’Aubréville et d’un cheminot mort quand il avait onze ans.

A vingt ans, il s’embarque pour l’Indochine, où, devenu sergent, il « bouffe du cœur et du foie de soldat viet selon les traditions nung et thaï et guérit de cinq chaudes-pisses asiatiques ».

En 1960, avec Cavanna, il crée Hara-Kiri «  »On ne croyait en rien, on n’avait aucun tabou, on se foutait de notre propre gueule, de tout le monde. On se marrait de la mort. » dira-t-il. Le tirage atteint 240 000 exemplaires en 1966. C’est lui qui fait ce titre  en 1970 sur la mort du général de Gaulle, en référence à l’incendie d’un dancing à Saint-Laurent-du-Pont (146 morts) :

Le professeur Choron, déconneur, macho,  beauf et insupportable  affirmait :  » Les hommes n’arrivent pas à se mettre dans la tête qu’ils disparaîtront définitivement, un jour. Qu’ils ne sont finalement qu’une bonne farce de la nature. Au même titre que les carottes qui font de la graine pour finir en boeuf mode. Les religions sont là pour prétendre le contraire. Et elles en vivent ! Royalement ! Encouragée par tous les pouvoirs… Les religions me font vomir et je regrette qu’on m’ait appris ce mot parasite à l’école. Revenons à Jésus, il guérissait les malades. Mais il n’a jamais enfoncé trois doigts dans le cul d’un constipé pour qu’il puisse chier ! Il guérissait les aveugles mais pas les constipés. Racisme, moi je dis ! »

Georges Bernier est mort le 10 janvier à l’âge de 75 ans, « des suites d’une longue maladie ».