LETTRE OU NE PAS LETTRE ?

Le plus endurci des celibataires  reste ​  marié avec ses souvenirs.

La lucidité est un poison sucré.

La mort ne connaît pas les  jours fériés.

Les dépressifs sont des comiques qui s’ignorent et les comiques sont des dépressifs qui se connaissent très bien.

Un suicidaire est une personne encombrée d’elle-même et qui fait le ménage.

Si l amour pouvait s’acheter, tout le monde serait à découvert.

Le bonheur est un travail à plein temps. La haine aussi.

Vieillir, c’est regarder sa vie dans le rétroviseur.

L’espoir est une salle d’attente, l’enfance une salle de jeux, l’amour une salle d’opération.

Voler un aviateur est une prouesse mais violer un violon est un supplice.

La trahison est un cambriolage du coeur.

Les myopes savent bien que le monde est flou.

Le viol est le casse de l’amour, une entrée par effraction.

Un parolier au chômage peut toujours devenir maitre-chanteur.

Se donner sans jamais se reprendre.

L’orgasme est un court-circuit.

Un clown qui meurt de rire, est-ce considéré comme un accident du travail ?

Les bourses, c’est la vie.

Écrire, c’est pourrir un peu.

Pas d’alerte-enlèvement quand l’amour disparaît.

3 réponses sur “LETTRE OU NE PAS LETTRE ?”

Laisser un commentaire