CLAUDE LELOUCH, UN HOMME LIMPIDE

Mal-aimé de la critique, régulièrement lapidé par les talibans de la Nouvelle Vague (oui oui..), Claude Lelouch aura bâti une  carrière unique, grâce à la fidélité de son public, régulièrement épaté par les audaces de ce bougre pas comme les autres.  Il aura enchaîné des bides invraisemblables et tutoyé des cimes hymalayesques  (Palmes, Oscars…). Si on a le droit de ne pas apprécier l’œuvre de ce cinéaste,  il semble injuste de mettre en doute son absolue sincérité. Claude Lelouch transmet du plaisir aux spectateurs comme d’autres provoquent des maux de tête.

Le voici en juin 1963, trois ans avant la tempête Un homme et une femme qui emportera tout sur son passage… sauf la jalousie de ses confrères.  Du haut de ses 26 ans, le réalisateur  prédit  l’arrivée d’ une nouvelle génération de réalisateurs née dans une société de l’image et bénéficiant de nouvelles technologies.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.