LEO FERRE CHEZ DENISE GLASER

Léo et Denise Glaser, une complicité bon enfant, faite de silences et de respect mutuel. Cette émission tournée en 1974 en est une preuve édifiante.

Léo se confie comme rarement et il y a dans les yeux de « La Glaser » une douce bienveillance, presque de l’attendrissement pour cet invité qui ouvre ainsi son coeur.

L’ histoire de Denise Glaser est tragique.

Fin des années 60, pendant 15 ans, la journaliste-productrice s’emploie à faire découvrir des artistes en devenir ou parfaitement inconnus. Parmi celles et ceux qui viennent à Discorama citons Nino Ferrer, Barbara , Serge Gainsbourg , Jean Ferrat, Anne Sylvestre, Catherine Lara, Maxime Le Forestier…

Virée par Giscard en 1975, elle n’aura de cesse que d’essayer de revenir sur le « petit écran ». En vain. On n’aime pas « sa sensibilité de gauche » et ses prises de position au cours de mai 68.

Quand Mitterrand arrive, en 81, elle pense que cette fois, le purgatoire va cesser.  Erreur.  Les producteurs la baladent de promesses en promesses. Tout le monde l’a oublié.  Elle vit dans une solitude inhumaine. Le téléphone ne sonne plus et un jour la maladie se déclare. Elle décède  le 6 juin 1983. Seules seront présentes à Valenciennes pour ses obsèques  Catherine Lara et Barbara.

Catherine Lara dira : « Quand Denise est morte, on était deux à l’enterrement : Barbara et moi. On s’est regardé toutes les deux, la grande et la petite, on s’est dit : « Putain, il n’y a pas grand monde ! ». Que c’est triste l’ingratitude des gens ! »

 

Denise Glaser avait 62 ans.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.